Accueil du site > Archives > Ecrits > Carnets > Carnet d’Indochine du Lieutenant Robert G.

Carnet d’Indochine du Lieutenant Robert G.

mercredi 7 janvier 2009

Août 1945 - Départ des premiers rapatriables (dont Tardy avec qui je me suis beaucoup lié) sur Calcutta - Les évènements se précipitent : la bombe atomique sur Hiroshima – Déclaration de guerre de la Russie au Japon – Acceptation par le Japon, le 11 Août, des conditions de Postdam – Armistice le 15 – Dès lors nous attendons de plus en plus impatiemment notre départ, avec l’espoir de rentrer bientôt en Indochine – L’annonce du partage en 2 zones de la péninsule Indochinoise, le N aux chinois jusqu’ au 16e // ; le Sud aux anglais ne nous cause aucun plaisir – Nous connaissons suffisamment les chinois pour savoir qu’il ne sera pas facile ultérieurement de les faire partir - Le temps semble passer beaucoup plus lentement : entre les sorties nous passions tant bien que mal : études d’anglais (avec Py), où je fais de gros progrès – Bridges franco-hindous avec Py, Karry et un brave major hindou que nous roulons sans vergogne, aux frais de la cave de Karry dissimulée dans ma table et fréquemment renouvelée – Inspections de la matrone que le désordre de la chambre des français désespère, malgré le dévouement de la « sœur Francis » - Anodines plaisanteries à l’égard de Baba, notre serviteur, qui en fidèle musulman, fait sa prière dans la prairie chaque soir au coucher du soleil -

1er – 9 Septembre 1945 - Reconnu officiellement convalescent, je suis envoyé au Rest camp où le confort est modeste : pas de drap, pas d’électricité, pas de ventilateur – Des quantités de moustiques – Avec le Capitaine Delagarde, Bourgeois, Guerpillon et Pascal, l’atmosphère est fort sympathique – Baignade chaque jour dans un petit affluent du Brahmapoutre – Forte activité administrative : notre départ se précise

10 Septembre 1945 - Départ de Dibrugarh, par voie ferrée à 9 h – Changement à Tindrikia (sur les rives du Brahmapoutre, au N de Dibrugarh) en fin de matinée – Installation confortable en couchettes pour les officiers – Passage à Manipur Road (Dhimapur) à 22h00 – Jusque là, paysage terne, peu mouvementé et peu peuplé – Quelques rizières -

11 Septembre 1945 - Passage à Gauhali à 9h00 – Arrivée à Pangu sur les rives du Brahmapoutre à 10h00 – J’y déjeune avec un major anglais, fait prisonnier en 40, évadé et recueilli par un maquis de Lorraine ; il m’en parle en terme chaleureux – Passage du Brahmapoutre en chaloupe à midi – Beaucoup de pittoresque : le fleuve à 1 Km de large environ et coule entre des collines boisées, c’est un contraste agréable avec la désolation du paysage que nous avons traversé depuis le départ : de larges étendues inondées le plus souvent incultes, parfois cultivées en rizières – de rares villages dissimulés dans les bambous : une culture de delta tonkinois dans l’ensemble mais en plus triste et beaucoup plus monotone -

12 Septembre 1945 - Passage du bras principal du Gange dans son delta à 8h30 : plusieurs Km de large – Beaucoup de Sampans pêcheurs aux voiles trapézoïdales opposées brunes très curieuse – Après avoir traversé une banlieue industrielle pouilleuse à souhait qui s’étend sur plusieurs miles de long, nous arrivons à Calcutta (gare d’Howrah) à 11h30 – Le Commandant Baune nous y attend et divise immédiatement le détachement en 2 : moitié dirigé immédiatement sur Kandy pour rejoindre le C.L.I (Corps Léger d’Intervention) ; moitié sur Chandernagor – Je fais partie de cette deuxième fraction – Embarqués en camions, nous sommes dans la concession française à 40Km de là à 14h30-



Réagissez