Accueil du site > Archives > Ecrits > Carnets > Carnet d’Indochine du Lieutenant Robert G.

Carnet d’Indochine du Lieutenant Robert G.

mercredi 7 janvier 2009

23 Janvier 1946 - Attaques répétées de sentinelles du 21e RIC – Embuscades de nuit sans résultat ; les V.M viendraient, en particulier la nuit, terroriser les catholiques ; il est certain qu’ils rodent très près : coupure hier sur la route de Cho Noi – Attaque de véhicules allant vers la RC1... Hoc Mon est d’autant plus mal gardé que , PC du régiment, la défense en est assurée par les unités réglementaires, fort disparates et mal aguerries : CHR, CCI, CAC, qui ne font pratiquement pas de sortie en dehors de l’agglomération -

24 Janvier 1946 - Vaste opération de nettoyage, en liaison avec des compagnies du 21e et des AM du RICM, au N E d’Hoc Mon, près de la RC1 – Nombreuses arrestations -

25 Janvier 1946 - En permission de la journée à Saigon, redevenu très animée jusqu’à la tombée de la nuit – Encore de nombreux coups de feu après 22h - [ ] beaucoup de camarades : Detré et François (blessés), [ ] Frison, [ ] -

26 Janvier 1946 - Retour à Hoc Mon en fin de matinée – Embuscade de nuit sur la route d’Ap Don : RAS -

27 Janvier 1946 - Opération sur Thudaumôt (PC du 23e RIC) – La ligne téléphonique qui relie le dernier centre à Hoc Mon est périodiquement coupée par les rebelles – Nombreux abatis -

28 Janvier 1946 - Vaste opération de nettoyage à 10 Km N O d’Hoc Mon, à proximité de la route de Phnom Penh, en collaboration avec des blindés et des compagnies du 21e RIC et du RICM – Zone très étendue – Résistance rebelle assez faible – Nombreuses arrestations -

29 Janvier 1946 - Nettoyage entre Cho Moi et Than Hung, par une très forte chaleur : opération demandée d’urgence par le 2e bureau de l’E.M qui prétend qu’il s’y trouvait hier 150 Japonais – Gros déplacement de personnel, plusieurs officiers supérieurs de l’E.M... : Absolument rien – Ne voulant pas paraître ridicules, les huiles font poursuivre l’opération au N, jusqu’à la rivière Saigon ; Le secteur du commando est calme, mais des compagnies du 21e, accrochés par plusieurs armes automatiques adverses ne peuvent progresser, arrêtées par de larges zones marécageuses inondées ! - Retour à 17h00 à Hoc Mon -

31 Janvier 1946 - Le 6e commando (qui a quitté le CL 2 pour le S.A.S B depuis le débarquement, parce qu’équipé avec du matériel américain) vient d’avoir quelques accrochages sérieux avec des V.M et des Japonais entre Bhin Hoa et Thudaumôt - J’apprends la mort de Mac Carthy, ancien chef de poste de Tra Linh, tué il y a 3 ou 4 jours -

1er Février 1946 – Visite de Mme Durieu, assistante sociale récemment affectée au 2e commando Léger, jeune femme sympa mais dont l’utilité nous échappe ; heureusement personne ne la prend au sérieux, pas même elle -

2 Février 1946 - Bruit de prochain départ pour le Laos : nous en sommes très satisfait, car le travail que nous faisons ici est intéressant mais par trop décousu ; on a l’impression d’agir quelques peu au hasard... Tet paisible, sans les pétards ni les réjouissances accoutumées – Dans l’après midi, la femme d’un de nos partisans est assassinée par les V.M à 800 m d’Hoc Mon – Pourchassés immédiatement, les pirates sont descendus et exposés au marché - Noter que les procédés employés par le personnel de la sûreté (qui comprend beaucoup de métis franco annamites) pour obtenir des renseignements de la part des prisonniers, ne sont pas toujours à notre honneur ; leur emploi est parfaitement impolitique et la raison donnée, que les Viet Minh traitent encore plus mal leurs prisonniers, n’est pas valable, puisque nous justifions notre action au nom des principes de liberté et de civilisation – D’ailleurs nos hommes, venus pour la plupart des maquis où la pitié n’était pas particulièrement de mise, sont volontiers cruels et comprennent mal, ayant vu tomber leurs camarades indistinctement sous les coups des uns et des autres, que l’on traite différemment allemands et annamites - Bien des soldats de la 9e D.I.C (désigné d’office pour l’extrême orient, et non composée de volontaires comme le 5e R.I.C.) arrivés en Indochine, [ ] des théories communistes largement diffusées par Thorez et consorts...et répugnent à se battre contre leurs « frères » Viet Minh, qu’on leur avait présenté comme combattant pour leur liberté comme eux l’avaient fait 2 ans plus tôt, ont sérieusement évolués, en voyant des camarades tomber chaque jour sous les coups de ces « frères jaunes » -



Réagissez