Accueil du site > Archives > Ecrits > Carnets > Carnet d’Indochine du Lieutenant Robert G.

Carnet d’Indochine du Lieutenant Robert G.

mercredi 7 janvier 2009

13 – 16 Février 1946 - Discussions animées avec mes 2 aspirants, Lamiot et Bernard et le médecin auxiliaire Villatte – Remise au courant de la situation politique en France : départ de De gaulle - Demande de réduction de moitié des crédits militaires...

18 Février 1946 - Mon commando est désigné pour remonter à Kratie par voie fluviale, en escorte de 10 tonnes de vivres et munitions du CL2 – Départ en 3 chaloupes, remorquant chacune 2 ou 3 chalands – Nous levons l’ancre à 10h00, emmenant avec nous Villatte – Installation sommaire sur le pont – Temps magnifique - 19 Février 1946 - Réveil dans le canal de jonction reliant le Nhabé au Mékong – Canal étroit – végétation exubérante de bananiers, cocotiers qui balancent leurs palmes au dessus de l’eau... Arrivée à My Tho à 9 heures du matin : ville agréable, très ombragée – Beaucoup d’animation – Marché très bien achalandé en riz, légumes, poissons et viandes – Départ à 15h 00 -

20 Février 1946 - Sur le fleuve - Paysage quelque peu monotone, trop plat – Passage de la frontière Cochinchine – Cambodge sans incident : tous les précédents convois ont essuyés des coups de fusil, les rebelles, chassés de Cochinchine cherchent refuge dans cette zone – My Tho a été occupé dès octobre dernier, mais la région qui s’étend immédiatement au Nord est encore sillonnée par des bandes pirates -

21 Février 1946 - Arrivé à Phnom Penh à 13h30 – Quartier indigène très pittoresque : visite du palais Royal (salle des danses publiques – Salle privée – Salle du trône – palais de l’épée sacrée – Musée) et de la pagode d’Argent (fresque curieuses – Bouddhas d’or et de jade) – Les bâtiments d’architecture très légère extérieurement, font penser à des décors de théâtre – L’intérieur est souvent trop chargé – Cadre d’ombrages splendides – Fleurs, toits cornus... Le quartier européen, très bien tracé, est fort agréable – La vie ici est absolument normale, beaucoup moins chère qu’à Saigon – Tout le commerce est entre les mains des chinois qui s’entendent d’ailleurs fort bien avec les cambodgiens, trop paresseux pour se plaindre d’une quelconque concurrence – Phnom Penh est d’ailleurs, pour 80% chinois - Pots au centre sportif, près du Phnom – Mais là comme ailleurs, les colons français sont quelques peu découragés : les belles réalisations françaises nous échappent peu à peu ; l’administration est maintenant tout entière entre les mains des cambodgiens ; il n’y a plus qu’un conseiller français pour 3 provinces seulement – Au Palais, le drapeau français flotte, non plus côte à côte, mais sous le drapeau Khmer (1 pagode d’argent à 3 tours, sur fond bleu, bordé de rouge : nous protégeons plus, nous sommes tolérés -

22 Février 1946 - Visite de la ville avec Bernard et Vilatte – Escalade du Phnom – Bain dans le Mékong – Nous assistons dans l’après midi à une belle cérémonie locale : les funérailles d’une concubines du roi : cortège funèbre à travers la ville, éléphants, cercueil, déposé dans un dragon à roulettes, de couleurs voyantes, procession bariolée avec de multiples étendards – Incinération en présence de tous les dignitaires de la cour, près de la pagode royale – Dîner avec Nicolas, chargé des transmissions du Cambodge – Le retour de provinces cédées au Siam en 1940 paraît difficile ; les Anglais ne nous soutiendraient pas et encourageraient, en sous main, les Siamois à tergiverser (alors qu’il y a 4 mois, au moment du débarquement du corps expéditionnaire et de l’ « annulation » de la déclaration de guerre thaïlandaise aux alliés, les braves Siamois étaient prêts à nous rendre les territoires contestés avec le sourire !) –

23 Février 1946 - Départ à 10h00 pour Kratié – Forte chaleur, 33° à l’ombre – 24 Février 1946 - Nous passons à 3h du matin devant Kompong Cham, ma 1ere garnison indochinoise, une des villes les plus modernes et les plus heureusement conçues du Cambodge : je regrette de ne pouvoir nous y arrêter – Arrêt à 16h00 à Krauchmar, pour faire du bois – Petit village cambodgien type, enfoui dans la verdure, propre, mollement allongé le long du Mékong – Jolie pagode – Bonzes jaunes aux immanquables parapluies vert clair – Commerçants chinois – Baignade appréciée –

25 Février 1946 - Départ 8h00 – Arrêt à 13h30 à Phum Thmey, où la présence d’un banc de sable oblige à faire un transbordement – Essais infructueux, jusqu’à 17h00, dans un violent courant et sous la direction d’un personnel iniquement indigènes – Je réussis à faire passer mon personnel à 17h30 ; embarquement sur la chaloupe « Hoa Eng » - Baignades – Déambulations dans le village, encore une forte jolie pagode –



Réagissez